Publié le 13/06/2017 dans Carrières, Estimation

La petite histoire de notre service de relevé de quantités

Dès les débuts de RG, nous avons rapidement remarqué que le travail de dessinateur serait influencé inévitablement par les gens qui travaillent en amont, soit les estimateurs et les vendeurs. Souvent, on s’est demandé pourquoi ces gens laissaient si peu de notes sur la façon dont ils avaient vu le projet. Nous avions de la difficulté à bien comprendre leur réalité. Il est vrai qu’ils devaient compter des centaines de projets par année et que pour ça, il fallait rapidement arriver à un prix, sans trop se soucier de la qualité de leur document. L’important, c’était le contrat.

Possible de faire mieux?

Nous avons essayé d’influencer nos clients en leur demandant si c’était possible de faire mieux. Rendre les documents plus standards. Écrire mieux. Faire des croquis plus clairs. C’était de mal comprendre leur réalité. C’était irréaliste de leur demander de faire des documents clairs comme un dessin d’atelier, quand au fond, ils n’avaient aucune idée s’il décrochaient le contrat. Beaucoup trop de temps et d’argent seraient gaspillés.

Faire le travail pour tout le monde

Un jour est arrêté un ami chez RG. Il travaillait comme estimateur dans un autre domaine que le mur-rideau. Il nous a parlé de son concept. C’était merveilleux. Il nous a dit : «  Pourquoi on ne ferait pas le travail pour toutes les entreprises qui sont intéressées par un projet? ». En premier, on se demandait comment nous pourrions faire le travail pour tout le monde, sans être en conflit d’intérêt. Là est apparu le concept qui nous a donné le cœur de notre service : les avantages concurrentiels.

Le secret des dieux

Nous avons réalisé que nous pouvions réaliser 90% de la tâche faite au bureau d’estimation de chacun de nos clients, sans être dans une situation délicate. Nous avons commencé à déterminer les points qui font la différence d’un prix pour un client. Nous avons donc identifié 5 points, où chacun devrait sortir par lui-même l’information. Ces informations devaient rester « dans le secret des dieux » si chacun voulait avoir une chance d’avoir le projet. Les points qu’on ne pouvait faire pour tout le monde seraient :

  • le coût des matériaux;
  • le temps d’installation;
  • le temps de fabrication;
  • la façon d’ancrer les cadres;
  • et la façon de les sceller.

Avec cette technique, nous pourrions apporter les documents à une qualité beaucoup plus avancée, sans nécessairement faire augmenter le prix. En plus, tous ceux qui seraient impliqués dans un projet pourraient vérifier notre travail, afin de s’assurer que toutes les sections d’un projet ont bel et bien été comptées.

C’est donc après toute cette réflexion, provoquée par notre volonté de rendre notre travail de technicien plus efficace et par la rencontre d’un ami, que nous avons mis sur pied notre concept de relevé de quantités pour les vitreries commerciales.

Vincent Roy

Copropriétaire de RG Dessin Industriel inc.